Adopter une crème solaire biologique pour ne pas nuire aux océans

coraux creme solaire80 millions de touristes se rendent chaque année dans les zones de baignade coralliennes. Mais saviez-vous que les produits solaires contenant des filtres chimiques et des parabens, pouvaient être nuisibles pour l’océan et notamment les coraux?

Selon le professeur Roberto Danovaro de l’école Polytechnique d’Ancône, les crèmes solaires utilisées par les baigneurs se diluent dans l’eau et atteignent le corail, le tuant en 48 heures.

La crème solaire s’ajoute donc au réchauffement climatique et à la pollution ambiante pour menacer le corail. La moitié du corail mondial serait actuellement en danger de disparition d’ici 20 ans.

Crème solaire biologique et océans font bon ménage

La crème solaire est l’accessoire indispensable pour se prémunir contre les méfaits des rayons UV. Mais les crèmes traditionnelles contiennent des filtres de synthèse et des solvants nuisibles non seulement pour notre santé, mais également pour notre ecosystème.

Selon l’Environmental Health Perspectives, qui a rédigé un rapport sur les effets des crèmes solaires sur le corail. trois ingrédients chimiques seraient incriminés: le cinnamate, le benzophénone et le butyl paraben auraient pour effet de détruire la zooxanthelle, une microalgue logée dans leurs tissus et qui vie en symbiose avec les coraux. Or, certains filtres anti U.V., que l’on trouve dans les crèmes solaires, activent des virus qui se multiplient et tuent ces précieuses microalgues. Les coraux blanchissent et meurent en 48 h. Ils pourraient intégralement disparaître de la surface du globe en à peine 20 ans d’après des estimations scientifiques.

0,8 litre de crème solaire se dilue dans les eaux des océans chaque seconde. Par an, ce sont 25 000 tonnes de crème que les touristes diffusent dans l’océan dont 4000 tonnes sont absorbées par les massifs de corail!

rème solaire nuisibles pour l’océanAlors, pour ceux qui s’inquiètent du sort des océans, la crème solaire biologique est un rempart efficace. Les crèmes bio ne contiennent en général pas de conservateurs chimiques, de colorants, de parfums de synthèse ou de parabens. Pour protéger des rayons UV, elles utilsent des filtres minéraux, qui sont biodégradables, et ne polluent pas les écosystèmes durant des années.

Ces écrans minéraux sont des filtres non toxiques, constitués de micro pigments (dioxyde de titane ou oxyde de zinc) qui réfléchissent les rayons nocifs, contrairement aux filtres chimiques qui les absorbent et les convertissent à l’intérieur de l’épiderme. La protection est immédiate dès l’application, car ces pigments apportent une protection physique, agissant comme un bouclier ou un miroir reflétant les UV. Ils ne sont pas allergisants, ne se dégradent pas sous l’effet des rayons lumineux, restent en surface et évitent toute réaction inopportune avec la peau, et ne sont pas néfastes pour l’environnement, en particulier pour les coraux.

Raison supplémentaire pour utiliser les filtres minéraux: ceux-ci sont plus efficaces! En effet, les filtres de synthèse ne sont actifs sur la peau que 30 mn après leur application, or nous n’appliquons la crème en général que lorsque nous arrivons à la plage, la protection n’est donc pas assurée durant les 30 premières minutes.

Sauf que pour éviter le peu esthétique film blanc que les premières crèmes bio laissaient sur la peau, les fabricants les ont petit à petit transformées en nanoparticules. Et là, le doute reste entier. Selon une étude de l’université de Lausanne, le dioxyde de titane sous forme de particules nanométriques a une activité inflammatoire sur les poumons et le péritoine et donc un possible effet cancérigène. Même s’il n’existe aucune contre indication officielle pour l’instant, les nanoparticules sont le prochain gros scandale de l’industrie cosmétique. Ces particules de petite taille peuvent passer au travers de la peau et pénétrer dans l’organisme. Les crèmes bio restent donc la meilleure alternative: vérifiez bien qu’elle ne contienne aucune nanoparticule.

De même, faîtes attention aux huiles essentielles, souvent présentes dans les cosmétiques biologiques, et qui sont très allergènes, et l’alcool qui remplace les conservateurs chimiques, et qui peut assécher la peau et provoquer des taches brunes suite à l’exposition. Il faut donc bien s’assurer que votre crème solaire bio ne contienne ni nanoparticule, ni huile essentielle, et très peu d’alcool. Vous protégerez ainsi votre santé tout en respectant l’environnement.